LIVRAISON EN FRANCE OFFERTE SANS MINIMUM D’ACHAT

0

Votre panier est vide

quel-est-le-meilleur-navire-de-guerre-du-monde
mars 30, 2023

Quel est le meilleur navire de guerre du monde ?

8 minutes de lecture

Un navire de guerre ou navire militaire est un navire faisant partie des forces armées. Il peut s'agir d'un navire de surface ou d'un sous-marin. Les bâtiments de combat disposent de systèmes d'armes leur permettant d'attaquer, de se défendre ou de protéger d'autres unités telles que les bâtiments de soutien ou auxiliaires, parfois dotés de systèmes d'auto-défense ou totalement dépourvus d'armement. Dans la marine française, on emploie généralement le terme de bâtiment, mais parfois aussi celui de navire, de bateau ou d'unité. Le terme de vaisseau (autrefois gros navire à voiles), trop emphatique, n'est plus utilisé par les marins pour désigner un navire moderne. Mais une question se pose, quel est le meilleur navire militaire du monde ? Vous saurez tout dans les moindres détails grâce à cet article.

Passez faire un tour dans notre boutique pour acheter des produits militaires (sacs militaires, chargeur solaire survie,...) et profitez de nos offres promotionnelles !  

sac-de-couchage-militaire

Le meilleur navire militaire de tous les temps : Pierre le Grand (Navire Russe)

Les américains détiennent le plus de navires militaires dans le monde, mais les Russes ont le meilleur navire de tous les temps. « Oui », c’est le Croiser Pierre le Grand, navire Russe le meilleur navire du monde, grâce à sa grandeur et à sa puissance.

  • Le Pierre le Grand est un croiseur à propulsion nucléaire russe de la classe Kirov, quatrième navire de sa classe après l'Admiral Ushakov, Amiral Lazarev et l'Amiral Nakhimov. Il a été commandé par la marine de l'Union soviétique comme croiseur lance-missiles en 1986 et lancé en 1996 par la marine russe.
  • Les croiseurs à propulsion nucléaire (CGN, selon le code de classification de l'US Navy) de la classe Kirov ou Projet 1144 sont les plus grands et les plus puissants bâtiments de guerre de surface (hormis les porte-aéronefs) ayant été mis en service dans la marine soviétique et tiennent aujourd'hui encore ce rang dans la marine russe.
  • Leur silhouette est facilement reconnaissable grâce à l'antenne du radar Top-Pair qui est l'une des plus grandes antennes embarquées.
  • La désignation officielle du type Projet 1144 Orlan, est « croiseur lance-missiles, lourd à propulsion nucléaire ». En raison de leur taille et de leur apparence générale, rappelant celles des anciens bâtiments de ligne de la première moitié du XXe siècle, ces bâtiments sont souvent appelés « croiseurs de bataille »par les observateurs navals occidentaux. Ils auraient joué un rôle non négligeable dans la décision de l'US Navy de réactiver les cuirassés de classe Iowa.

Des vêtements militaires sont en ventes dans notre boutique en ligne. Venez découvrir ! 

Tout sur les navires de guerres

La Définition et droit juridique des navires militaires :

Comme proclame la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (article 29), un navire de guerre est : Un navire faisant partie des forces armées d'un État, portant les marques extérieures distinctives des navires militaires de sa nationalité. Il est placé sous le commandement d'un officier de marine, officier inscrit sur la liste des officiers ou un document équivalent et au service de cet État. L'équipage de ce navire est soumis aux règles de la discipline militaire

En droit international, un bâtiment de guerre est considéré comme une portion du territoire de l'État du pavillon. En conséquence :

  • Sa venue dans un port et dans les eaux sous souveraineté d'un pays tiers est soumise à une autorisation diplomatique. Il bénéficie cependant, comme les autres navires, d'un droit de « passage inoffensif » dans les eaux territoriales d'un pays tiers ;
  • Les lois et les règlements du pays hôte ne s'appliquent pas à bord du bâtiment en escale ou dans les eaux intérieures de ce pays. C'est le principe d'extra-territorialité des navires de guerre et autres navires des administrations contribuant à l'action de l'État en mer et qui n'ont pas d'activités commerciales.

Les missions des navires militaires :

Les missions d'un navire de guerre sont celles qui lui sont confiées par l'état-major de la marine, des forces armées, de l'administration ou du gouvernement. Elles peuvent être :

  • Militaires : dissuasion nucléaire, démonstration de force, projection de puissance contre la terre ou contre d'autres unités navales, blocus naval, destruction du trafic marchand, minage, protection de convois, d'unités précieuses ou de force navale, surveillance, renseignement, opérations spéciales, débarquement amphibie, soutien logistique, formation et entraînement, expérimentation de matériel…
  • Diplomatiques : escale de représentation à l'étranger, accompagnement d'autorité politique, soutien au commerce extérieur et à l'exportation d'armement, etc.
  • De police : lutte contre la piraterie, contre les trafics illicites, surveillance des pêches, police de la navigation, etc.
  • Humanitaires : intervention en cas de désastre naturel, transport de secours d'urgence, etc.
  • De service public : assistance et sauvetage en mer, lutte contre la pollution, ravitaillement aux populations, hydrographie et océanographie, etc.

 

quel-est-le-meilleur-navire-de-guerre-du-monde

Ces missions correspondent, en général, aux capacités particulières du navire ou à sa spécialisation, capacités qui définissent un type de bâtiment :

  • Porte-avions ou porte-aéronefs ;
  • Croiseur ou destroyer ;
  • Frégate anti-aérienne ou de défense aérienne, anti-sous-marine ou de surveillance ;
  • Corvette, aviso ou patrouilleur ;
  • Bâtiment de débarquement ;
  • Bâtiment de guerre des mines ;
  • Sous-marin ;
  • Navire auxiliaire de soutien logistique, de ravitaillement.

Les équipages d’un navire de guerre :

Dans la marine nationale française, il se compose de quatre grandes catégories de personnel, masculin et féminin (sauf à bord des sous-marins, où la présence de femmes n'est pas encore la règle) :

  • Le personnel assurant la conduite nautique et les manœuvres (navigateurs, timoniers et manœuvriers) ;
  • Le personnel mettant en œuvre les armes (missiliers, etc.) et les équipements de détection et de transmissions (détecteurs, transmetteurs, etc.) ;
  • Le personnel fournissant la propulsion (mécaniciens), l'énergie (électriciens) et assurant la sécurité (pompiers, infirmiers) ;
  • Le personnel effectuant les tâches administratives(fourriers, secrétaires) et répondant aux besoins de la vie courante (cuisiniers, commis aux vivres, buandiers, etc.).

L'effectif, calculé au plus juste, est déterminé par un « plan d'armement », document qui fixe quantitativement et qualitativement les grades, les spécialités et le nombre de personnels de chaque catégorie. Ce plan d'armement résulte d'un compromis entre plusieurs exigences :

  • La permanence de la conduite du navire et de l'énergie-propulsion impose un service continu. Les quarts qui sont d'une durée variable (2, 3, 4 ou 6 heures), se succèdent assurés par des fractions de l'équipage, les « tiers ». (Exemple : 1er tiers : quart de 08 h à 12 h, 2e tiers : quart de 12 h à 15 h, 3e tiers : quart de 15 h à 18 h, 1er tiers : quart de 18 h à 20 h, 2e tiers : quart 20 h à 24 h, 3e tiers : quart de 00h à 04h, 1er tiers : quart de 04h à 08h.) ou exceptionnellement par « bordées » (par exemple : Bâbord : quart de 00h à 06h, Tribord : quart de 06 h à 12 h, Bâbord : quart de 12h à 18h, Tribord : quart de 18h à 24h.)
  • Le service des armes et des moyens électroniques qui s'effectue : lui aussi en continu, par tiers ou par bordée, pour assurer la permanence des équipements de veille, de détection, de communication et d'auto-défense ou aux « postes de combat » où tout l'équipage est appelé à un poste particulier pour une action offensive ou défensive limitée dans le temps.
  • Les tâches auxiliaires qui ont des horaires discontinus (un seul homme suffit alors pour chaque poste là où le service continu en exige trois) ;
  • Entretien et la maintenancedu matériel.

Organisation dans les navires de guerres :

L'organisation d'un navire de guerre moderne s'articule autour de « centres nerveux » où sont assurées les fonctions de commandement et de contrôle. En France, elle est définie par l'arrêté 140.

  • La conduite du navire (navigation et manœuvre) est assurée depuis la passerelle d'où le commandant ou son représentant, l'officier chef du quart, donne les ordres à la barre et aux machines. De la passerelle est également réglée la vie générale de l'équipage (informations, relève de quart, alerte, appel aux postes de combat, aux postes de manœuvre…) ;
  • La propulsion, la production et la distribution d'énergie sont contrôlées depuis un PC (poste central) machines par un officier de quart énergie-propulsion ;
  • La sécurité (la prévention et la lutte contre les incendies et les voies d'eaux ou les avaries de combat) est surveillée depuis un PC sécurité ;
  • Les opérations (mise en œuvre des appareils de détection et des systèmes d'armes, élaboration de la situation tactique, conduite tactique du bâtiment) sont assurées depuis un CO (central opérations) où se tient le commandant et éventuellement l'amiral, commandant la force navale quand la situation nécessite leur présence.

Les navires militaires de la marine française :

  • La Marine nationale dispose en 2022 de 116 bâtiments de plus de 150 tonnes (dont la moitié de plus de 1 000 tonnes), répartis en deux grandes catégories : les bâtiments de combat (sous-marins, porte-aéronefs, frégates, patrouilleurs, chasseurs de mines, et chalands de débarquement : 79 unités), et les bâtiments de soutien (37 unités). La liste des bâtiments de surface de plus de 150 tonnes (hors unités portuaires et navires affrétés) correspond, à quelques unités près, à la liste des bâtiments de la Force d'action navale.
  • Le porte-avions Charles de Gaulle est le navire amiral de la flotte. Trois porte-hélicoptères amphibies (classe Mistral) viennent ensuite, suivis de deux frégates de défense aérienne (classe Horizon) et de huit frégates multi-missions. Cinq frégates légères furtives (classe La Fayette) et six frégates de surveillance de la classe Floréal viennent compléter les bâtiments de combat. La Marine possède également 16 patrouilleurs et 16 unités de guerre des mines. La flotte sous-marine comprend quatre sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (classe Le Triomphant), et six sous-marins nucléaires d'attaque, dont une unité de classe Suffren et cinq unités de classe Rubis.
  • La Marine française représente un tonnage global à pleine charge d'environ 404 000 tonnes, ce qui la place au 7e rang mondial des marines de guerre.
  • Nommons ci-après quelque navire militaire français :
quel-est-le-meilleur-navire-de-guerre-du-monde

Sous-marins :

Voici les dix sous-marins actifs français :

4 sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de classe Le Triomphant (14 300 tonnes) :

  • S616 Le Triomphant - L'Île Longue (1995)
  • S617 Le Téméraire - L'Île Longue (1999)
  • S618 Le Vigilant - L'Île Longue (2004)
  • S619 Le Terrible - L'Île Longue (2009)

5 sous-marins nucléaires d'attaque (SNA) de classe Rubis (2 670 tonnes) :

  • S601 Rubis - Toulon (1980)
  • S603 Casabianca - Toulon (1986)
  • S604 Émeraude - Toulon (1987)
  • S605 Améthyste - Toulon (1989)
  • S606 Perle - Toulon (1992)

1 sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) de classe Suffren (5 300 tonnes) :

S635 Suffren - Toulon (2020)

Bâtiments amphibies

3 porte-hélicoptères amphibies (PHA) de classe Mistral (21 500 tonnes) :

L9013 Mistral- Toulon (2006)

L9014 Tonnerre - Toulon (2007)

L9015 Dixmude - Toulon (2012)

4 engins de débarquement amphibie rapide (EDAR) (300 tonnes) :

  • L9092 - Toulon (2011)
  • L9093 - Toulon (2012)
  • L9094 - Toulon (2012)
  • L9095 - Toulon (2012)

2 engins de débarquement amphibie standard (EDAS) (200 tonnes) :

  • L9100 Arbalète - Toulon (2021)
  • L9101 Arquebuse - Toulon (2021)

9 chalands de transport de matériel(CTM) (150 tonnes) :

  • 20 Neke Grav - Toulon (1983)
  • 21 Guéréro - Toulon (1983)
  • 22 Kien An - Toulon (1982)
  • 23 Song Can - Toulon (1983)
  • 27 Indochine - Toulon (1986)
  • 28 Tonkin - Toulon (1988)
  • 29 Nui Cho - Toulon (1988)
  • 30 Koan Bo - Toulon (1989)
  • 31 Phu Doan - Toulon (1992)

Frégates de premier rang

Ces frégates ont rang de destroyer (codifié par la lettre D) dans la classification OTAN.

2 frégates de défense aérienne (FDA) de classe Horizon (7 000 tonnes) :

  • D620 Forbin - Toulon (2008)
  • D621 Chevalier Paul - Toulon (2009)

7 frégates multi-missions (FREMM) de classe Aquitaine (6 278 tonnes) :

  • D650 Aquitaine - Brest (2012)
  • D651 Normandie - Brest (2019)
  • D652 Provence - Toulon (2015)
  • D653 Languedoc - Toulon (2016)
  • D654 Auvergne - Toulon (2017)
  • D655 Bretagne - Brest (2018)
  • D656 Alsace - Toulon (2021)
quel-est-le-meilleur-navire-de-guerre-du-monde

Frégates de second rang

5 frégates légères furtives (FLF) de classe La Fayette (3 700 tonnes) :

  • F710 La Fayette - Toulon (1996)
  • F711 Surcouf - Toulon (1997)
  • F712 Courbet - Toulon (1997)
  • F713 Aconit - Toulon (1999)
  • F714 Guépratte - Toulon (2001)

Si vous êtes intéressé et que vous voulez vous engager dans l’armée, ou que vous ne cherchez que des accessoires de l’armée, juste parce que vous êtes fan, visitez le site Surplus-Militaires. Vous trouverez des articles de votre choix. Vous ne serez pas déçu !


Rejoignez l'escadron