LIVRAISON EN FRANCE OFFERTE SANS MINIMUM D’ACHAT

0

Votre panier est vide

quelle-est-portee-roquette
juin 13, 2023

Quelle est la portée d’une roquette ?

9 minutes de lecture

Tous les obus ou projectiles qui ont pu être inventés dans l’histoire possèdent tous une portée propre.La portée d’un projectile correspondant à sa capacité de projection en longueur sur sa trajectoire une fois que ce dernier est lâché. 

La portée d’un obus désigne sa puissance. La roquette est un type de projectile également, elle est accompagnée aussi d’une portée de projection qui garantit sa puissance. Et contrairement aux berets militaires, aux plaque militaire en or et au drap camouflage militaire, vous ignorez encore des choses sur la roquette est exactement capable ? Vous êtes d’ailleurs déjà posé la question de quelle était sa capacité de projection ? Avec cet article, découvrez quelle est la portée d’une roquette ?

 

gilets tactique

 

La roquette : sa capacité de projection à l’assaut

Bien avant de connaître la portée que peut atteindre une roquette une fois lâchée, il est important de savoir ce que c’est réellement.

Qu’est-ce qu’une roquette ?

Une roquette estun projectile guidé ou alors non guidé propulsé par un moteur-fusée. En général, le tir d'une roquette est dirigé par le tireur de la roquette, mais aucun système de guidage ne rentre en jeu une fois la roquette tirée. Les roquettes peuvent être tirées avec un simple lance-roquettes. Mais il arrive également qu’elles soient montées sur des lanceurs. Lanceurs qui dont sont en général équipés la plupart des hélicoptères de combat et avions de chasse. Il faut préciser quela roquette fait partie des armes antichars, tout comme le missile.

Il existe plusieurs types de roquettes, à savoir les :

  • Type air-air, non guidé (contre des formations de bombardiers, généralement chronométrée) ;
  • Type sol-sol non guidé (arme antichar) ; 
  • Type sol-sol guidé (artillerie) ; 
  •  Type air-sol, non guidé (arme antichar, support aérien) ; 
  •  Type air-sol guidé (arme antichar, support aérien) ; 
  •  Type sol-air non guidé (contre des formations de bombardiers).
    quelle-est-portee-roquette

    Quelle est la portée d’une roquette ?

    Dès lors qu’on parle de la portée d’un projectile, en général, il s’agit de sa portée pratique sur le terrain.La portée pratique d'une roquette est de voisinage des 300 m. Au-delà de cette portée, il devient difficile d’obtenir une bonne précision de tir, toutefois ce n’est pas impossible.  

    Il est intéressant de souligner que la capacité de projection d’une roquette est assez particulière. En définitive, la portée d’une roquette diffère selon la catégorie utilisée pour un assaut.Il existe deux catégories auxquelles il est possible de placer une roquette. En effet, les roquettes à longue portée, mais il y a également les roquettes à courte portée.

    • Roquette à longue portée : ce type rassemble tous les projectiles, disposant d’une grande  capacité de projection pratique. À titre d’exemple, tenez en compte la roquette 527-GMLRS ou LRU qui a une portée de 15 km ou au plus de 70 km. Elle est applicable comme munition des lance-roquettes unitaires. Il existe aussi, par exemple, la roquette duBM-30 Smertch (russe)qui se compose d’une portée minimale de 20km allant jusqu’à 90 km.
    • Roquette à courte portée : cette catégorie réunit tous les projectiles accompagnés d’une capacité de projection moindre. À titre d’exemple, la roquette du LRAC-F1 (française) qui munit d’une portée pratique allant de 330 à 360 m en fonction de la seconde de tir. Trouvez également la roquette du célèbre RPG-7 (russe) qui est dotée d’une portée pratique pouvant aller de 150 m à 200 m. Il est essentiel de souligner que ce n’est pas parce que ces roquettes sont à courtes portées, qu’elles ne sont pas capables de provoquer des énormes dégâts.
        quelle-est-portee-roquette

        Quelle est l’histoire de la roquette ?

        Les premières roquettes ont été utilisées par les Chinois dans les alentours du XIIe siècle, lors des grandes invasions barbares. En Europe, c'est à Hermannstadt, l'actuelle Sibiu (Roumanie) qu'en 1529 l'Allemand Conrad Haas conçoit et lance pour la première fois des roquettes à plusieurs étages.

        Les Indes, qui sont encore sous la souveraineté britannique à la fin du XVIII e siècle et au début du XIX e siècle, exploitent des fusées à poudre noire. Enfermées dans des tubes de fer blanc et associée avec de pointes de lance, ces fusées sont utilisées pour leur défendre des troupes coloniales britanniques.

        Cet assaut sème la confusion, et parfois même la mort. Un officier de marine britannique,William Congreve s'intéresse à cette arme et la copie, obtenant des portées de plus de 1 200 mètres. Les fusées Congreve seront utilisées comme armes anti-personnel et anti-navires durant les guerres napoléoniennes. Malgré certains succès, leur fonctionnement est capricieux, il arrive même qu'elles fassent demi-tour en vol et reviennent à l'envoyeur, comme en témoigne le récit d'un général anglais nommé Cavalié - Mercer à la bataille de Waterloo.

        En 1935, Hermann Oberth affirme à Mediaşcomme l’arsenal de l’armée roumaine, la première roquette à combustible liquide. Mais le premier usage de masse des roquettes s’élève à l’Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale, avec ses roquettes Katioucha. Ces roquettes sont d’ailleurs  appelées les orgues de Staline.

        D’autres armées utilisaient des roquettes, comme les Nebelwerfer allemands (dès la Première Guerre mondiale). Mais seuls les Soviétiques les utilisent en masse sur des véhicules. Le lance-roquette T34 Calliope américain, mis en place sur Sherman, disposait d’une capacité minimale, avec un puissant tir de barrage également efficace contre les chars. Il ne fut cependant pas grandement diffusé (seule la Division Blindée en employait en août 1944).

        De nos jours, les roquettes sont encore exploitées par un bon nombre d’armées. Les roquettes de 277 mm du multiple lance-roquettes M270, par exemple, dévastent un hectare distant de 30 km. L’aviation utilise aussi beaucoup les roquettes. D’ailleurs des modèles de faible puissance ont été montés sur les biplans dès la Première Guerre mondiale. Comme  les « fusées Le Prieur » par exemple qui sont les premières utilisations de roquettes sur avions et les premiers usages de roquettes air-air et air-sol. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés utilisaient fréquemment des roquettes pour l’attaque au sol.Montées sur le Hawker Typhoon britannique et sur les appareils américains P-38 Lightning, P-47 Thunderbolt et P-51 Mustang, ces roquettes disposent d’une efficacité particulière pour la chasse aux blindés allemands.

        C’est égalementà l’époque de la Seconde Guerre mondialeque sont apparues les roquettes antichars portables. Ces dernières furent mises en œuvre par l’infanterie avec le bazooka de l’armée américaine. Les premières roquettes air-air contre les avions sont allemandes (les roquettes Le Prieur étaient employées contre les zeppelins). Il consiste en la Werfer-Granate 21, dérivée du Nebelwerfer 42, dans le but de combattre les bombardiers alliés. 

        Après les avoir attachées une à une sous les ailes de l’avion, les roquettes se présenteront par la suite en panier. Permettant, cette fois, de les tirer individuellement ou en salve. Ce type de munitions est par ailleurs déployé par les hélicoptères de combat. Depuis le début, elles servent de façon quasi exclusive à l’attaque de cibles au sol. Elles sont en effet trop imprécises pour une cible volante.

        quelle-est-portee-roquette

        Qu’en est-il du missile ?  

         En effet, la roquette et le missile sont tous les deux des armes antichars. Cependant, il s’agit de deux projectiles différents. Il est intéressant d’en apprendre un peu plus sur le missile en lui-même.

        Qu’est-ce qu’un missile ?

        Un missile est un projectile autopropulsé et entraîné constitué de :

        • Un propulseur :moteur-fusée avec un réacteur ou statoréacteur,ou les deux (une fusée fournissant l’impulsion de départ, avant d’être relayée par un statoréacteur) ;
        • Un mécanisme de guidage, soit externe (téléguidage), soit indépendant (autoguidage) ;
        • Unecharge utile, qui peut être une charge militaire(dont l’explosive, l’incendiaire, des produits chimiques, biologiques, etc.). Un dispositif électronique (drone de reconnaissance, missile scientifique ou expérimental) ou même un simple poids pour balancer le missile (missile cible) ou une masse inerte (missile de propagande porteur de tracts).

        Quels sont les types de missiles ?

        Il y a en tout et pour tout quatre grands types de missiles :

        • Missiles tactiques : missilesà courte portée utilisés sur le champ de bataille pour détruire des cibles spécifiques telles que des véhicules blindés, des hélicoptères ou des avions.
        •  Missiles balistiques : missiles delongue portée à trajectoire balistique dont la portée varie de quelques dizaines de kilomètres à plus de 10 000 km. Ils sont très rapides, mais sortent de l'atmosphère, ce qui les rend facilement détectables. Armés d'une ogive conventionnelle ou nucléaire, ils peuvent être utilisés pour diverses missions.
        •  Missiles de croisière : missiles àlongue portée qui ne quitte pas l'atmosphère, contrairement aux missiles balistiques, ce qui leur permet de voler à basse altitude et d'être moins facilement repérés. Néanmoins, ce type de missile est moins rapide et a une portée plus courte (quelques centaines à quelques milliers de kilomètres).
        •  Missiles hypersoniques : des missilestrès rapides qui peuvent se déplacer jusqu'à 5 fois la vitesse du son, volant à une altitude plus basse que les missiles de croisière, ce qui les rend difficiles à détecter.

        Comment un missile trouve-t-il sa cible ?

        Les missiles guidés repèrent l'emplacement de leur cible dans l'espace seloncertaines méthodes (comme l'utilisation d'un radar ou le suivi de sa signature thermique). Puis la suivent et enfin l'atteignent avec précision. Il existe divers systèmes de guidage de missiles qui répondent à différents besoins et objectifs opérationnels.

        quelle-est-portee-roquette

        Quelle est la différence entre une roquette et un missile ?

        Dans la mesure où il  s’agit seulement de deux types d’armes antichars quelque peu similaires, mais pas identiques.Il existe bien évidemment des différences entre les deux. Cette différence est au niveau de leur portée pratique, leur guidage, leur usage, leur cible, mais également leur coût.

        • Leur portée pratique : Les missiles ont, en général, une portée beaucoup plus grande que les roquettes. Ils peuvent aller beaucoup plus loin et plus précisément grâce à leur système de guidage. Un missile balistique intercontinental (ICBM) par exemple peut aller jusqu'à 10 000 km. Alors qu’une roquette a une portée maximum d’une centaine de kilomètres au maximum. Globalement, la portée des missiles varie énormément en fonction de leur utilisation et de leur objectif. En effet, leur portée peut aller de quelques centaines de mètres à plusieurs milliers de kilomètres.
        •  Leur guidage : Contrairement à une roquette, un missile dispose d'un système de guidage qui lui permet d'ajuster sa direction après le tir afin d'atteindre sa cible très exactement. Cela lui permet d'atteindre des cibles mobiles comme un avion, un hélicoptère ou une cible très éloignée. Les missiles nécessitent un guide, alors que les roquettes servent à viser une cible. Pour plus d’exemple, contrairement aux missiles, les roquettes Hydra-70 sont dirigées par le pilote. Ce dernier pilote l’ensemble de l’hélicoptère. Lorsqu’elles sont tirées, elles sont propulsées, mais non guidées et vont là où elles étaient visées au moment du tir. 
        • Leur usage :Les missiles sont maîtrisés par des commandes à distance sans fil et sont utilisés pour envahir une cible inaccessible par une simple roquette. Parce que cette dernière est incontrôlable après son lancement. L’utilisation d’une roquette est simple : il suffit de pointer le lance-roquettes vers la cible et de la tirer.  En revanche, l’utilisation d’un missile est différente. Avant de tirer le missile, vous devez d’abord verrouiller sa cible. Cela afin que le missile puisse ensuite la suivre et la trouver de manière autonome (sauf s’il touche un missile contrôlé par un opérateur). Ce verrouillage s’effectue sous des manières différentes, variables en fonction du type de guidage utilisé.
        • Leur cible : Les roquettes sont principalement exploitées pour ravager descibles stationnaires à courte et moyenne portée. Ou encore des cibles peu mobiles à courte portée. Comme elle ne peut pas être guidée après le tir, il est très difficile pour une roquette d’atteindre une cible mobile. Disposant d’un système de guidage, le missile permet d’atteindre des cibles beaucoup plus complexes, comme des avions, des hélicoptères, ou même une cible stratégique très éloignée.
        •  Leur coût :Les missiles sont très coûteux par rapport aux roquettes, en raison de leur complexité. Ils possèdent un ensemble de technologies qui leur permettent d’être autoguidés. Un missile Hellfire, par exemple, coûte 115 000 dollars l’unité. Ce coût est largement rentabilisé lorsqu’il s’agit de détruire une cible stratégique comme un véhicule blindé, un avion, un hélicoptère ou un bâtiment. Cependant, il ne doit pas être utilisé à toutes les sauces. En comparaison, une roquette de type RPG-7 coûte entre 100 et 500 dollars par unité.
          quelle-est-portee-roquette

          Y a-t-il une similarité entre la roquette et le missile ?

          Il existe en effet des éléments de similarités entre les deux projectiles. A savoir que :

          • Les missiles et les roquettes sont tous les deux projectiles propulsés par un moteur-fusée. Ce sont des armes complémentaires souvent utilisées ensemble. Notez bien qu'un missile est simplement une roquette dotée d'un système de guidage.
          • Tous deux sont utilisés par toutes les armées du monde à des fins opérationnelles diverses. D’ailleurs de nombreux avions, hélicoptères et véhicules blindés sont équipés de ces deux armes.

          Que peut-on en déduire ?

          S’il y a des éléments importants à retenir de la comparaison entre les deux c’est que:

          • Un missile est guidé, alors qu'une roquette ne l'est pas. On peut dire que les missiles ont un cerveau, alors que les roquettes n'en ont pas ;
          • Le type de roquette ou de missile utilisé ne sera pas le même en fonction de la mission et de l'objectif ;
          • Le champ d'application est très large étant donné la variété et la quantité de missiles existants ;

          Vous voulez en savoir plus ?  N'hésitez surtout pas à vous renseigner sur les différents types de guidage des missiles : laser, radio, topographique, optique… Et pour obtenir des informations supplémentaires fiables, rendez-vous sur le site de la boutique en ligne Surplus Militaires. Vous y trouverez d’autres articles intéressant à compulser.  


          Rejoignez l'escadron